الأربعاء، 28 أبريل، 2010

Un orgasme féminin, c'est comment?

Définition de l'orgasme : point culminant du plaisir sexuel. Aboutissement normal de l'excitation (dite intumescence), il prélude à un salutaire retour à l'état de repos (détumescence). Quoiqu'il s'agisse d'un phénomène naturel à la portée de tout le monde, c'est un ensemble complexe d'éléments génitaux, généraux et psychiques.

En quoi il diffère selon le sexe?

orgasme féminin
orgasme féminin
L'orgasme féminin serait plus intense et durerait plus longtemps que l'orgasme masculin (de 3 à 9 secondes en moyenne pour une femme contre 3 en moyenne pour un homme). Mais il est plus long à se déclencher, quand il se déclenche! (Je rappelle au passage que 30% seulement des femmes jouissent pendant un coït. Je ne peux pas vous dire le pourcentage de femmes capables de jouir par d'autres moyens : cunnilingus, masturbation etc...Il devrait être plus important). En fait, ce qui semble le plus différencier la femme de l'homme, c'est sa possibilité d'éprouver des orgasmes successifs au cours du même coït ou lors d'autres pratiques sexuelles.

On ressent quoi?

C'est comme une vague de plaisir qui vous submerge, un raz de marée qui démarre des organes génitaux pour s'étendre aux cuisses, au ventre, aux seins, jusqu'au bout des doigts. Les femmes qui parlent d'évanouissement n'exagèrent pas. Parfois, on a vraiment l'impression de perdre conscience tant la sensation est intense et violente. Cela me paraît normal. Quand le plaisir est si lent à venir, à monter, c'est un véritable feu d'artifice à l'arrivée. Ne soyez pas jaloux, messieurs, vous qui prenez votre pied avec une si déconcertante facilité! 

L'orgasme masculin plus facile à atteindre que l'orgasme féminin, vraiment?
Il existe à mon sens plusieurs sortes de femmes. Des coincées, incapables de se laisser aller à leurs pulsions et étouffées par des tabous, une culture, des traditions, des principes moraux puissants.Des femmes traumatisées par un viol, un premier rapport éprouvant ou une violence conjugale. Des jeunes encore inexpérimentées et étrangères au fonctionnement de leur propre corps. Des femmes mûres n'ayant jamais trouvé l'épanouissement sexuel avec le seul et unique partenaire qu'elles connaîtrons toute leur vie. Chez toutes ces femmes, le sexe est un peu en hibernation. Certaines n'atteindrons jamais l'orgasme, d'autres auront la chance de l'atteindre, plus tard, seule ou avec un amant attentif. L'orgasme féminin coule de source, encore faut-il vouloir le laisser couler. Ne pas en avoir peur, l'apprivoiser, l'accepter, le recevoir avec plaisir et sans arrière pensée. Se laisser aller tout simplement.


Comment jouir?

Je vais m'adresser ici autant aux femmes qu'aux hommes. Aux premières, je vais apprendre comment "maîtriser" le plaisir, le laisser venir à elles, et aux seconds, je vais donner quelques trucs pour aider leurs compagnes à jouir! Il semble que vous aimiez beaucoup ça, messieurs, nous mener à l'extase!

Aux femmes ignorantes.

Un simple frottement, une pression, un frôlement sur un sein, une épaule. Vous avez sûrement déjà senti ça dans la bousculade du métro, dans une foule?. Cela n'a duré que quelques secondes et vous avez trouvé ça troublant, agréable. C'est ça le plaisir, tout simplement! Pourquoi ne reproduiriez-vous pas la même chose toute seule chez vous? Vous êtes mal à l'aise, vous éprouvez de la gêne. Alors éteignez la lumière et couchez-vous comme si vous vous apprêtiez à dormir. Sauf que vous serez nue. Une fois étendue, faites le vide dans votre tête et passez vos mains partout sur votre corps. Visage, cou, épaule, seins, descendez vers le ventre, toison pubienne, cuisses... Repassez plusieurs fois et arrêtez-vous sur les parties où c'était le plus agréable. Pelotez vos mamelons. Ils deviennent durs. C'est l'excitation. Descendez vers le sexe, c'est là que tout se passe. Écartez les cuisses et explorez le. Devenez plus précise dans vos caresses. Entrez un doigt si l'envie se fait sentir. Un vagin n'a jamais mordu personne! Maintenant c'est à vous de découvrir l'endroit qui vous procure le plus de sensations. Est-ce le clitoris, l'anus, l'entrée du vagin? Avez-vous envie d'y faire pénétrer quelque chose, vos doigts, un objet? Alors allez-y! Tout est permis, c'est votre corps et il n'y a rien de mieux que se faire du bien! Il vous faudra peut-être du temps pour trouver votre rythme et atteindre l'extase. Ou ce sera immédiat et vous sentirez votre premier orgasme monter en vous. Chaque femme est différente.

Aux hommes maladroits

Vous voilà rassurés : toutes les femmes sans exception peuvent jouir! Même la vôtre! (à condition qu'elle se prête au jeu). La sensualité s'apprend. Vous mangez un bonbon. S'il est très bon, vous avez envie d'en prendre un autre, et un autre... c'est pareil pour le sexe. C'est l'idée du plaisir qui est excitante et pousse à faire l'amour. Pas de plaisir, pas de désir! Votre épouse, votre compagne n'est pas portée sur la bagatelle? Elle ne sait pas se laisser aller? Elle subit plus qu'autre chose? Elle est pudique, mal à l'aise lors des rapports? Alors tout est à réapprendre, quelque soit son âge!.
Vous vous obstinez à garder toutes les lumières allumées pendant l'acte? Grosse erreur. Faites le noir complet dans la chambre. Laissez la s'allonger comme si vous alliez dormir. Ne la touchez surtout pas. Parlez-lui. Faites marcher son imagination en lui décrivant un endroit où vous aimeriez être. Par exemple : un salon dans un château romantique au bord de la mer. Il y a un feu de bois et dehors il pleut. Maintenant expliquez-lui ce que vous aimeriez lui faire. Avec les détails. Racontez-lui comment vous feriez glisser ses vêtements le long de son corps. Comment vous caresseriez ses épaules, sa poitrine etc. Si elle ne s'est pas endormie pendant ce temps (je rigole, ça peut arriver!), elle doit être sur des charbons ardents. Les femmes sont cérébrales, ne l'oubliez pas! Maintenant vous pouvez passer à l'acte, mais surtout pas comme d'habitude. Faites durer les préliminaires. Caressez ses seins (attention certaines femmes peuvent avoir des réticences de ce côté-là!), faites rouler la pointe sous vos doigts, mordillez les doucement. Descendez progressivement vers le ventre. Si vous la sentez se raidir, n'insistez pas trop et remontez vers le haut du corps. Ne redescendez vers le bas-ventre que progressivement. Ses cuisses restent obstinément fermées? Alors ce n'est pas encore le moment. Lorsqu'elle sera prête et vous ouvrira les portes de son entre jambes, caressez tout son sexe avec la paume entière de la main. Le clitoris étant l'organe le plus sensible, il ne doit pas être manipulé trop brutalement. Faites des mouvements de va et vient avec votre main. De temps en temps, un petit doigt en jaillira pour, au passage, effleurer l'entrée du vagin, la vulve, puis le clitoris. Une fois conquis, ce dernier vous ouvrira toutes les portes du plaisir et de l'amour. Pour une fois, tentez de la faire jouir, juste avec vos doigts en lui demandant quel geste lui plaît le mieux. Il n'est pas interdit d'y appliquer la langue si votre compagne n'y est pas réfractaire. Je rajoute que le clitoris doit être bien lubrifié pour pouvoir être manipulé. Sachez qu'il réagit un peu comme un pénis masculin. Vous n'êtes pas homosexuel? Non, bien sûr. Mais vous savez ce que vous aimeriez qu'on fasse à votre sexe? Sucer le gland, l'aspirer, le décalotter, le branler dans un mouvement de va et vient. Eh bien sachez que le clitoris aime tout ça aussi! Mais vous allez le découvrir très vite.

Orgasme clitoridien - Orgasme vaginal 

Beaucoup d'hommes et de femmes se posent cette question : certaines femmes seraient-elles clitoridiennes et d'autres vaginales ? L'orgasme ne pourrait se déclencher que par la stimulation du clitoris pour certaines ou par le rapport sexuel pour d'autres?

C'est oublier que la fonction érotique est le fruit d'un apprentissage, tous les chemins du plaisir peuvent s'apprendre. Encore faut-il savoir qu'ils existent.

A la différence de l'homme qui concentre la plus grande partie de sa sensibilité au niveau du gland du pénis, il semble que pour la femme le plaisir, l'orgasme peut résulter de stimulations de zones différentes :

Le clitoris est une des parties les plus sensibles du corps de la femme, son rôle est exclusivement sexuel. Des capteurs sensoriels spécifiques de la volupté y sont en grand nombre. Il peut être stimulé directement par des caresses manuelles ou buccales, ou indirectement lors du rapport sexuel par l'intermédiaire des petites lèvres. 
Certaines zones du vagin et en particulier la paroi antérieure du vagin avec le point G ou zone de Gräfenberg. La stimulation peut être manuelle ou par le coït , l'homme étant derrière la femme. 
Le col de l'utérus qui est stimulé par les mouvements de poussée effectués par le pénis lors du coït. 
A partir de la stimulation de ces zones, de manière isolée ou simultanée, l'orgasme peut se déclencher.

Rappelons ici que l'orgasme est un phénomène psychophysiologique qui se déclenche dans le cerveau et s'accompagne de manifestations physiques en particulier les contractions rythmées du périnée et de l'utérus (ces contractions ne sont pas toujours perceptibles) et de la chute de la tension sexuelle.

Ces orgasmes provoqués par des voies différentes ont parfois un vécu subjectif qui leur est propre : 

L'orgasme déclenché par la stimulation du clitoris est jugé par certaines femmes comme plus intense, 
Celui déclenché par le coït,par la stimulation de la paroi antérieure du vagin dans certaines positions et par la stimulation du col de l'utérus, apparaît comme plus interne, plus profond mais moins intense et plus subtil. Il s'accompagne d'halètements, la femme retient sa respiration et parfois lors de l'orgasme un cri est émis. 
La stimulation de ces différentes zones simultanément associe des sensations intenses et internes 
Chaque femme découvre les chemins de l'orgasme qui lui sont propres, par les stimulations et les positions qu'elle préfère, mais rien n'est donné d'emblée et au fil des expériences la sexualité évolue, s'enrichit.

Nous sommes loin de l'époque où l'on attribuait une supériorité morale ou affective à un type d'orgasme... Actuellement seule la qualité du plaisir entre deux adultes consentants a son importance qu'importe le moyen de l'obtenir.

La Masturbation féminine Définitions, généralités, techniques... 

1 - La masturbation : une pratique absolument normale 

La masturbation consiste à toucher, caresser ou frotter ses propres organes génitaux (ou ceux de son / sa partenaire) pour parvenir à l'excitation et au plaisir. Les recherches de Masters et Johnson, et de Kinsey, ont montré qu'il s'agit d'une activité naturelle permettant de libérer la tension sexuelle.

Quand? 

On se masturbe occasionnellement ou régulièrement à n'importe quel âge. Dès l'enfance, filles et garçons découvrent la masturbation, souvent par hasard: en touchant leurs organes génitaux, ils se rendent compte que cela peut être très agréable… et continuent donc cette activité. Certaines filles éprouvent du plaisir en croisant les jambes et en serrant les cuisses l'une contre l'autre. Mais c'est souvent à l'adolescence que l'on prend conscience du caractère sexuel de cette pratique. La masturbation représente en général la première expérience sexuelle. Dès l'âge de 12 ou 13 ans, la plupart des garçons se masturbent régulièrement. Ils commencent plus tôt que les filles car leurs pulsions sont davantage tournées vers les organes génitaux. Les filles n'ont pas toujours conscience de l'importance du clitoris dans l'excitation sexuelle.
A la fin de l'adolescence, environ 90 % des garçons et 70 % des filles se masturbent. Il y a donc plus de femmes que d'hommes qui ont leur première relation sexuelle sans s'être jamais masturbés. La plupart des gens continuent à se masturber quand ils sont adultes. Chez les hommes, la masturbation est plus régulière et mène plus souvent à l'orgasme. Pourtant, de l'adolescence à l'âge adulte, cette pratique semble décliner chez l'homme, tandis que c'est l'inverse qui se produit chez la femme.

Substitut ou alternative au rapport sexuel ?

Orgasm
orgasme féminin

Non, les femmes qui se masturbent ne sont pas forcément seules ou mal accompagnées ! Chez sa partenaire, l'homme accepte parfois mal cette pratique, qu'il juge comme un geste d'insatisfaction. Il est pourtant naturel de continuer à se masturber même lorsqu'on a un partenaire régulier et une vie sexuelle satisfaisante. La masturbation devrait plus être considérée comme une activité supplémentaire, et même complémentaire, que comme un substitut aux relations sexuelles. On se masturbe parfois quand son ou sa partenaire n'est pas sexuellement disponible (grossesse, règles, conflit…) mais la masturbation apporte surtout un autre type de plaisir et permet d'enrichir la vie sexuelle, tout en apprenant à mieux connaître et maîtriser son propre corps.
En revanche, si cela est vécu comme un rejet, si la femme pense que son partenaire se masturbe parce qu'elle n'est pas assez désirable, il serait sans doute utile d'en discuter ensemble. Sans communication, la masturbation peut devenir un signe de colère, d'aliénation ou d'insatisfaction. 

Un plaisir solitaire?

Oui, mais pas seulement. La masturbation peut être pratiquée devant son ou sa partenaire. Beaucoup de gens trouvent cela très excitant. C'est sans doute le meilleur moyen d'apprendre comment l'autre préfère être stimulé. Chacun pourra guider la main du partenaire pour lui montrer quelle pression et quel rythme il ou elle préfère. La masturbation réciproque peut se révéler très agréable. Son propre désir sera exacerbé par le plaisir de l'autre. On peut aussi le faire avant ou pendant le rapport sexuel: cela sert alors de prélude, augmente l'excitation, ou permet de parfaire le coït. 

Le meilleur chemin vers l'orgasme

Une femme a presque toujours son premier orgasme en se masturbant. La découverte de cette source de plaisir déterminera en grande partie sa vie sexuelle future. C'est l'activité érotique qui permet à la femme d'atteindre l'orgasme le plus fréquemment (95 %) et le plus vite (en moins de 4 minutes). La masturbation augmente même la lubrification vaginale et permet donc de combattre la sécheresse vaginale et l'anorgasmie, chez les femmes ménopausées par exemple. 

2 - Mythes et tabous 

Un sujet encore tabou 

Autrefois condamnée, la masturbation est aujourd'hui acceptée comme une pratique naturelle. Pourtant, on n’en parle toujours pas librement. 42% des femmes avouent se masturber, alors que les réponses atteignent plus de 90% chez les hommes. En fait, le sentiment de culpabilité est plus important chez les femmes: elles s'interdisent davantage cette activité et l'avouent moins facilement aussi… Pendant l'enfance, l'attitude répressive de certains parents pourra engendrer plus tard un sentiment de culpabilité. De plus, chez les femmes, les fantasmes liés à la masturbation (fantasmes dits archaïques, remontant à la petite enfance) sont plus agressifs. Elles se culpabilisent donc plus à l'âge adulte si elles continuent à se masturber alors qu'elles ont une vie sexuelle bien remplie. 

Les idées reçues

La masturbation n'est pas sale, honteuse ou dangereuse pour la santé. Pourtant, "l'onanisme" a longtemps été considéré comme une mauvaise habitude. Des siècles d'éducation religieuse et de préjugés ont contribué à en faire un plaisir coupable. La traduction moderne du mot garde elle-même l'empreinte de cette image: masturber vient de l'association de deux mots latins, manus (main) et stuprare (souiller, salir). Non, la masturbation ne vous fera pas bégayer, ne rendra pas sourd, aveugle, fou ni épileptique. Elle ne donne pas d'acné, ne fait pas perdre sa virginité, et ne tue pas non plus. Elle peut simplement être le signe d'un problème émotionnel si elle devient compulsive. Que les hommes se rassurent: ils ne risquent pas de devenir impuissants ou stériles en se masturbant. Ils ne dilapident pas leurs spermatozoïdes à chaque éjaculation. Certes, s'il y a éjaculation plusieurs fois en quelques heures, il y aura un peu moins de sperme à chaque éjaculation, mais ce n'est que temporaire. Les testicules fabriquent des millions de spermatozoïdes chaque jour… (ceux qui ne sont pas expulsés par éjaculation sont décomposés puis recyclés à l'intérieur des testicules).
Enfin, la masturbation ne réduit pas la taille du clitoris!
Vous l'avez compris, la masturbation est une pratique normale et bénéfique pour l'épanouissement sexuel de chacun.

3 - L'avis du docteur : Tout le plaisir est pour moi 

La masturbation est la forme de sexualité la plus spontanée et la plus simple à pratiquer. Elle permet de découvrir son corps et joue un rôle essentiel de substitution ou de complément. Mais elle peut aussi s’enrichir de tout l’imaginaire et être une activité érotique à part entière.

À côté de la fonction d'apprentissage, la masturbation a un rôle très important dans la vie humaine. Les femmes comme les hommes y ont recours pour se détendre : "Quand on peut trouver son plaisir, on se sent détendu et calmé jusqu'au prochain désir de jouissance". La sexualité est d'abord un rapport avec soi-même, une épreuve de vérité où l'on va devoir vivre des choses inconnues, dans des situations où l'on ressentira obligatoirement de l'appréhension, parfois même de l'inquiétude.

Masturbation et apprivoisement

La masturbation a pour fonction de permettre d'apprivoiser ce dont on est capable dans l'abandon au plaisir, dans l'enrichissement de ses sensations et de ses émotions, ainsi que dans l'épanouissement de son imaginaire. Il est extrêmement équilibrant de découvrir et d'exploiter ses propres possibilités de plaisir. Pendant l'adolescence, la masturbation sert à donner au plaisir physique un sens et une place dans sa vie. À tous les âges, la masturbation a une fonction de compensation pour remplacer les autres jeux sexuels quand ils sont momentanément ou durablement impossibles. Chez les animaux, la masturbation semble aussi jouer ce rôle, et être utilisée dans un but d’apaisement : les guenons s’introduisent un doigt ou des objets, les singes se servent de leurs mains, les éléphants de leur trompe, les cerfs de leurs bois, les chiens et les chats de leur langue, les taureaux se frottent contre les arbres…

Masturbation et liberté du jeu

Chez les humains, en plus, la masturbation apaise l'angoisse et le stress, car le plaisir a un rôle fondamental dans l'équilibre psychique. La masturbation a aussi un rôle ludique, d'évasion, sans danger pour soi ou pour les autres : en libérant sa vie fantasmatique, en jouant avec les images érotiques, en s'évadant dans un monde irréel, l'être humain se rééquilibre, se libère, se crée son jardin secret où reprendre des forces, où nourrir sa vitalité, afin de tenir le coup dans une société écrasante, épuisante, où les perspectives offertes sont souvent médiocres et vides, où il est submergé de relations sociales sans plaisir, insatisfaisantes, anonymes.

Parfois la masturbation n’a pas un rôle de remplacement : la sexualité dans le couple est bonne, mais l’un ou l’autre peut estimer qu’il lui manque un autre type de sexualité, où l’on n’a pas à faire attention à quelqu’un d’autre, où l’on se laisse aller à son propre rythme, en suivant les vagabondages de sa propre imagination.

Masturbation et équilibre sexuel

Dans un couple, l’un ou l’autre, femme ou homme, peut aussi avoir envie d’un rythme plus élevé d’orgasmes : la masturbation est le moyen le plus simple de vivre son désir et de dissiper la frustration. D’autant que cette masturbation peut aussi se demander à l’autre, faire partie du jeu à deux : réduire la sexualité humaine à la pénétration vaginale revient à négliger la richesse et la variété des comportements susceptibles de procurer une jouissance dans l’espèce humaine. La masturbation offre au couple une possibilité de sensations différentes, à la femme pour qui cette façon d’atteindre l’orgasme peut apporter un plaisir d’un autre genre ; à l’homme, à qui la masturbation procure souvent une intensité d’excitation que ne permettent ni la douceur d’un vagin ni l’obligation de se retenir un certain temps.

Masturbation et culpabilité

Certains se sentent coupables de recourir à la masturbation, comme s’ils volaient quelque chose à l’autre : si d’être satisfait de sa masturbation conduit à refuser la sexualité avec le conjoint, bien sûr il y a un problème. Mais, dans un couple, tous nos plaisirs n’ont pas à être strictement partagés : faisons-nous tout à deux, les magasins, le sport, la musique, la lecture… ? Si la masturbation n’est pas une fuite, mais une recherche d’équilibre, alors on sera bien dans sa peau, et l’on pourra vivre sans tension sa sexualité avec l’autre. Tandis que la frustration d’une sexualité insuffisante fera prendre l’autre en grippe, lui en vouloir et même se détourner de la sexualité avec lui.

Un choix personnel

En somme, il existe une multitude de façons de vivre sa sexualité. La masturbation en est une : exclusive ou conjointe à d’autres, constante ou épisodique, solitaire ou partagée, elle colore la vie de l’un, est absente de la vie d’un autre, resurgit dans celle d’un troisième… mais garde sa qualité fondamentale d’être toujours accessible sans jamais être imposée, à prendre ou à laisser selon son gré et sa fantaisie.

Docteur Yves Ferroul, le 6 décembre 2000

4 - Techniques de masturabtion pour elle : Des doigts de fée 

La plupart des femmes caressent, frottent ou font pression sur leurs parties génitales en étant couchées, debout ou assises. Vous pouvez vous allonger sur le lit, jambes repliées ou écartées, ou vous asseoir, le dos contre la tête du lit ou contre le mur. Certaines femmes aiment toucher directement leur clitoris, d'autres préfèrent une stimulation indirecte: en caressant l'un des côtés de la hampe, ou le mont de vénus. C'est souvent le doigt médius qui est sollicité. Vous pouvez caresser votre clitoris de haut en bas, d'avant en arrière, ou effectuer un mouvement circulaire si vous êtes trop sensible.
Pression et rythme varient d'une femme à l'autre. Commencez lentement et doucement, puis de façon plus rapide et plus appuyée pour voir ce qui vous convient le mieux et ce qui est le plus agréable. Beaucoup de femmes gardent le même rythme jusqu'à l'orgasme, d'autres s'arrêtent juste avant, puis attendent un peu avant de recommencer.
Un grand nombre de femmes se caressent en introduisant un doigt ou un objet dans le vagin. Introduire son médius peut être agréable et utile. Cela peut être un point d'appui pour les autres doigts qui stimulent les zones érogènes avoisinantes. Vous pouvez aussi vous servir des sécrétions vaginales pour lubrifier le clitoris et les petites lèvres. Sinon, humidifiez vos doigts avec de la salive, ou utilisez un lubrifiant à base d'eau. Une stimulation continue et trop intense du clitoris peut être légèrement douloureuse. Caressez alors une autre zone. Si la friction finit par irriter le clitoris, arrêtez les caresses directes et stimulez plutôt le capuchon. 

L'orgasme 

Quand vous sentez que vous allez bientôt l'atteindre, pressez vos talons l'un contre l'autre pour augmenter la pression dans l'aine. Vous pouvez aussi contracter puis relâcher les muscles du bassin et des fesses. Gesticulations et gémissements accompagnent ou même permettent d'atteindre plus facilement l'orgasme chez certaines femmes, tandis que d'autres restent parfaitement calmes et muettes.
Les fantasmes jouent bien sûr un rôle important: revivez une scène torride avec votre partenaire, ou si cela ne vous excite pas assez, imaginez ce que vous aimeriez faire avec quelqu'un d'autre!
Vous pouvez atteindre l'orgasme en quelques minutes mais cela peut parfois prendre un quart d'heure: tout dépend de votre humeur, de votre état physique (fatigue, stress), et de votre excitation.
Quand vous êtes au bord de l'orgasme, contractez les muscles du bassin et des fesses. Vous pouvez aussi faire des exercices de "Kegel" en contractant rythmiquement le muscle vaginal qui vous empêche d'uriner.
Mieux vaut poursuivre la stimulation pendant l'orgasme (il aura toutes les chances d'être plus intense) et même après: vous pourrez peut-être avoir des orgasmes multiples. 

Toutes sortes d'objets 

Vous pouvez vous allonger sur le ventre et vous frotter contre un oreiller ou contre un coussin placé entre vos cuisses. Allongée sur le dos, vous pourrez utiliser un drap ou une couverture pour effectuer un mouvement de va-et-vient. Certaines femmes s'assoient par terre et se frottent contre le pied d'une chaise. Là encore, le plus important, c'est la régularité du rythme.
Les "Sexy Toys", ou godemichés et autres vibromasseurs peuvent être très appréciables. Il existe une multitudes de gadgets amusants imaginés pour le plaisir de la femme (seule ou avec son partenaire). Allez voir la rubrique 6 pour en savoir plus ou directement dans la rubrique Sexy Shopping.

Avec de l'eau 

Le savonnage du corps et des parties génitales est une bonne entrée en matière, mais n'introduisez pas vos doigts dans votre vagin: le savon pourrait modifier le PH de votre flore vaginale, et vous pourriez même attraper une candidose, ou une cystite. Si vous voulez que la zone du clitoris soit directement caressée, asseyez-vous ou agenouillez-vous et utilisez la pomme de la douche et la pression de l'eau. Vous pouvez enchaîner par une stimulation manuelle si vous n'arrivez pas à atteindre l'orgasme. Certains modèles de bidets envoient un petit jet d'eau vers le haut. Pensez aussi aux jacuzzi et aux baignoires "à remous" qui peuvent procurer des sensations très voluptueuses. 

Varier les Plaisirs 

Pourquoi ne pas essayer dans des lieux moins intimes voire des lieux publics? Non, il ne s'agit pas de jouer les exhibitionnistes, mais simplement de rendre le jeu plus excitant. Vous pouvez très bien le faire au travail, dans les toilettes publiques, à une soirée, ou même dans l'avion (n'oubliez pas dans ce cas la couverture!).
En vous regardant dans un miroir: vous pourrez voir à quoi vous ressemblez quand vous êtes excitée, et quand vous atteignez l'orgasme!
Pensez aussi à stimuler d'autres parties de votre corps. Vous masser les seins, les bras, et même tout le corps avec une huile ou une crème hydratante peut constituer une bonne entrée en matière. Vous caresser les seins, les mamelons et le ventre quand vous êtes au bord de l'orgasme peut intensifier le plaisir.
Changez de position: masturbez vous par derrière (couchée sur le lit, avec un oreiller sous le ventre). Faites le debout, contre un mur, ou encore accroupie et laissez votre imagination s'exprimer. 

Retour haut de page

Le Kama Sutra du plaisir solitaire au féminin : 

Nous avons créé pour ce site un véritable kama-sutra de la masturbation féminine, un guide des techniques de plaisir solitaire au féminin. Il n'y a pas de méthode parfaite ni meilleure que les autres ... mais le but est plus de vous inspirer ... 

Pour accéder à l'ancienne version en photo ou la nouvelle version avec commentaires des visiteuses et videos

5 - Techniques et pratiques au travers d'études sur la population feminine

L’art de la masturbation féminine

Les femmes aiment se donner du plaisir. Le rapport de la célèbre sexologue américaine Shere Hite, qui, dans les années 1970, a effectué une enquête auprès des femmes sur tout le territoire des Etats-Unis, l’a montré. Comment s’adonnent-elles au plaisir solitaire, c’est aussi ce que cette étude a cherché à savoir. Résultats et témoignages extraits du "rapport Hite".

Des 3 000 femmes ayant répondu, anonymement, à ce questionnaire qui faisait le tour de la sexualité féminine (orgasme, coït, clitoris, masturbation…), 82 % déclaraient qu’elles se masturbaient, et, parmi elles, 95 % parvenaient sans peine à l’orgasme chaque fois qu’elles le voulaient. Ce qui, d’après la sexologue, contredisait l’idée couramment admise que les femmes sont "lentes à démarrer", et qu’elles ont du mal à parvenir à l’orgasme. Pratiquement, l’enquête a permis de distinguer six types de masturbation (avec quelques variantes).

Dans la très grande majorité des cas (73 %), la femme excite manuellement la région clitoridienne et/ou vulvaire en étant couchée sur le dos.

"Je m’excite toujours de la même façon : mon doigt caresse mon clitoris et parfois j’enfonce en même temps un autre doigt dans mon vagin. Je ne caresse que ma zone génitale" ; "Je me masturbe en massant latéralement mon clitoris, doucement d’abord, puis en augmentant l’intensité de la pression. Je me sers de l’index (une seule main)" ; "mes doigts caressent mon clitoris et, de ma main libre, je gratte, tire, pince le bout de mes seins. Je me caresse alternativement de haut en bas et en rond. Mes jambes sont tantôt jointes, tantôt écartées. Je trouve particulièrement excitant d’immobiliser ma main et de continuer la friction en remuant mon sexe contre mon doigt".

La femme peut aussi se coucher sur le ventre (5,5 %).

" Je suis couchée sur le ventre, les jambes légèrement écartées et je me sers des deux mains, la droite appuyée sur le clitoris, la gauche serrée contre elle pour augmenter la pression. En remuant le bassin de haut en bas, modérément vite, j’obtiens la friction que je désire sur la région de mon clitoris" ; "Je me masturbe sur le ventre, les jambes jointes en pressant mon clitoris avec l’index et le médius des deux mains, l’une sur l’autre. Parfois je me caresse les seins ou les fesses d’une main, ou je glisse mes doigts dans mon vagin" ; "Je débute par une caresse circulaire du clitoris et de temps en temps je frotte de haut en bas, le clitoris serré entre deux doigts. De la main droite je vérifie que mon vagin est bien mouillé et je me livre à un fantasme. Je continue de stimuler mon clitoris et je glisse deux doigts dans mon vagin" ; "Je maintiens sous moi le vibromasseur, plus ou moins fermement, en remuant mon corps sur lui".

Certaines femmes se frottent à un objet doux (4 %).

"Je fais avec le drap une petite boule à peu près de la taille d’un poing (je me servais de la tête de mon pauvre ours en peluche, mais depuis que j’ai passé l’âge de dormir avec un ours, je me contente d’une poignée de drap). Je me couche sur le lit, la boule appuyée sur mon clitoris. Puis je remue les hanches avec un mouvement circulaire jusqu’à ce que je jouisse" ; "Je ne me masturbe pas vraiment, je me frotte à peine contre le drap, pas plus…" ; "Je me masturbe d’habitude sur le coin d’une chaise, je me frotte, les jambes serrées. J’ai découvert cette méthode par hasard quand j’avais 4 ans" ; "Je me frotte lentement contre mon lavabo, en appuyant très fort mon pubis, la fraîcheur de la céramique m’excite beaucoup". "J'empile deux oreillers bien moelleux sur une chaise et je m'installe à
cali-fourchon sur ce monticule très doux. Je me frotte le clito en basculant mon bassin d'avant en arrière. Cela me procure une jouissance extrême et pour accentuer cette sensation, j'attrape un troisième oreiller que je câble entre le dossier de la chaise et ma poitrine bien gonflée."

D’autres serrent leurs cuisses en cadence, de façon répétée (3 %).

"Je suis assise sur un fauteuil ou dans mon lit, et je me sers des muscles de la partie interne de mes cuisses. Je me concentre avec toute mon énergie sur la région de mon sexe" ; "Je frotte mes cuisses l’une contre l’autre, en général couchée, mais je le fais aussi en étant assise (au bureau, dans l’autobus, etc.). Le frottement exerce une pression délicate sur le clitoris".

Elles peuvent aussi masser leur région génitale avec de l’eau (2 %).

"Je dirige le jet de la douche vers mon clitoris, les jambes très écartées" ; "Je suis couchée dans la baignoire et l’eau du robinet tombe sur mon pubis, mon clitoris et mon vagin. Plus l’eau est chaude, plus la pression est forte, et plus je jouis vite". " Je dévisse la pomme de la douche pour que le jet sorte tout droit du tuyau. J’écarte mes petites lèvres pour exposer mon clitoris"

Peu de femmes effectuent systématiquement une pénétration vaginale (1, 5 %) et plus de la moitié commencent par stimuler manuellement leur clitoris.

" Je pose un doigt sur mon clitoris et de l’autre main je fais aller et venir le goulot d’un bouteille en plastique dans mon vagin" ; "Mon mari remue un godemiché dans mon vagin pendant que j’appuie un vibromasseur sur mon clitoris" ; "Le plus souvent je remue les doigts dans mon vagin, de temps en temps je les laisse immobiles, toujours enfoncés".

Enfin, 11 % des femmes ayant répondu au questionnaire combinent plusieurs de ces techniques pour aboutir à l’orgasme.

"Je me masturbe de bien des façons. Sur le dos dans la baignoire, sur mon lit, sur un divan, sur le plancher et tout y passe… mes seins, mon ventre, mes cuisses, mes fesses, mon vagin et mon clitoris. J’adore rouler mon clitoris entre le pouce et l’index, un doigt dans le vagin et jouer avec mes seins et avec mes mamelons, que je trouve très beaux. En m’aimant ainsi je laisse vagabonder mon imagination. J’aime aussi varier mes caresses avec un vibromasseur".

Isabelle Delaleu, le 6 décembre 2000

0 تعليقات::

إرسال تعليق